Accueil > A Vire, une réunion de plat sous le signe de la solidarité > A Vire, une réunion de plat sous le signe de la solidarité

A Vire, une réunion de plat sous le signe de la solidarité

Le Prix « Destrier » pour Antoine Hamelin et Allegence

Le jeudi 2 juin, jour de l’Ascension, les galopeurs avaient rendez-vous sur l’hippodrome Robert Auvray à Vire.
Placée sous le signe de la solidarité, cette journée était dédiée à l’association « Handi’Chiens » dont la mission est d’éduquer et de remettre GRATUITEMENT des chiens d’assistance à des personnes atteintes d’un handicap moteur. La présentation était assurée par le centre d’Alençon. Près de 15.000 Euros ont été collectés.

Destrier était le partenaire de la première course disputée sur une distance de 1800 mètres pour poulains entiers, hongres et pouliches de 3 ans. Ils étaient 13 au départ .

Les faveurs allaient au N° 1 Foudzan dont la musique comptait déjà deux victoires. Emerald Fields le 11 n’était pas loin de la même mélodie. Très vite Allegence, portant la casaque de l’écurie Carli se portait au commandement pour, pendant tout le parcours, contenir les attaques répétées des uns et des autres et finalement s’imposer avec beaucoup de facilité. La lauréate montée par Antoine Hamelin qui, par ailleurs, s’imposera une seconde fois dans la cinquième course avec les mêmes couleurs, restait sur une 8ème place en 2010. La fraîcheur a eu raison du reste du peloton qui, à l’exception de l’inédite Lunar Crown comptait une dizaine de courses ; la seconde place revenait à Antonio il Muto un mâle qui, lui aussi, n’avait participé qu’à deux épreuves.

En présence de Michel Sardou

A défaut de croiser les jockeys et les chevaux vedettes de Chantilly et Longchamp, le public normand a eu le plaisir de côtoyer Michel Sardou venu là, en compagnie de Mathias Moncorgé (Gabin) pour assister aux débuts de l’inédite Dolce Vita, une femelle de 3 ans dont il a fait l’acquisition en même temps que deux trotteurs et d’un cheval de steeple. Le chanteur revient à ses premiers amours . On se souvient en effet, qu’au milieu des années 70, il était, en même temps qu’Alain Delon et Mireille Darc, très impliqué dans le monde du trot.