Accueil > Les céréales > Comment bien équilibrer une ration à base de céréales ?

Comment bien équilibrer une ration à base de céréales ?

Quelques règles pour bien utiliser les céréales

Une ration à base de fourrages et de céréales ne couvre pas totalement les besoins du cheval, qui souffrira donc de carences (lire l’article : Les céréales, quels apports nutritionnels pour le cheval ?).

Si vous souhaitez utiliser des matières premières en l’état dans votre ration, il est donc indispensable d’apporter  un complément, dont la composition varie selon le type de matières premières utilisé.

Principales matières premières utilisées dans l’alimentation des chevaux :

  • Céréales :  avoine, orge, maïs…
  • Graines ou tourteaux protéagineux : soja, colza, tournesol, pois, féverole, lin…

 

Cas N°1 : la ration comprend des fourrages, des céréales et des graines ou tourteaux protéagineux.

L’utilisation d’un aliment minéral vitaminé permet en un seul passage d’équilibrer la ration en micronutriments : minéraux, oligo-éléments et vitamines. Sa distribution est de l’ordre de 50 à 150 g/cheval et par jour.

Complémentaire de la gamme Destrier adapté : Destrier Minéral

Cas N°2 : la ration comprend des fourrages et des céréales.

L’utilisation d’aliments complémentaire de céréales permet d’équilibrer les rations en micronutriments et protéines, voire en acides gras essentiels, selon les produits. Leur distribution est selon la formulation et les stades physiologiques de l’ordre de 500 g à 2 kg par cheval et par jour.

Complémentaires de la gamme Destrier adaptés :

Destrier Synchro : Apports élevés de micronutriments, de protéines et de matières grasses ainsi que de levures vivantes pour améliorer le confort digestif

Cas N°3 : la ration comprend des fourrages et un aliment complémentaire de fourrage

Ces aliments intègrent dans leur composition une part adaptée de céréales, permettant de couvrir idéalement les besoins…
Il n’est donc pas conseillé de rajouter ou de substituer une partie de l’aliment avec des céréales car cela aura l’effet négatif de « diluer » la concentration en micronutriments et protéines,engendrant des carences pour le cheval.