Accueil > Alimentation des poulinières et jeunes – facteur de la croissance > Chevaux d’élevage : pourquoi est-il nécessaire d’apporter un aliment complémentaire aux fourrages ?

Chevaux d’élevage : pourquoi est-il nécessaire d’apporter un aliment complémentaire aux fourrages ?

Les juments à la reproduction et les jeunes en croissance ont des besoins nutritionnels spécifiques (caractéristiques nutritionnelles des chevaux d’élevage), qui ne sont pas totalement couverts par l’apport de fourrages (herbe ou foin), d’autant plus que les valeurs nutritionnelles de ces derniers sont extrêmement variables (Variabilité des fourrages conservés).

Pour les jeunes en croissance

Complémenter à partir du 4ème mois pour préparer le sevrage et jusqu’à la fin de la croissance.

Dans les premiers mois du poulain, son potentiel de croissance est maximal. C’est à ce moment qu’il double son poids le premier mois et atteint 90% de sa taille à 1 an. Mais sa capacité d’ingestion est faible. D’où la nécessité de lui apporter une forte proportion d’aliments concentrés pour couvrir ses besoins. Si le poulain est soumis à des carences au cours de cette période, les conséquences sur la qualité de son développement seront irrémédiables.
Au fur et à mesure de son développement, cette capacité d’ingestion augmente, et son potentiel de croissance se réduit, les fourrages prennent donc une part plus importante dans son alimentation.

Pour les poulinières

Complémenter les 3 derniers mois de gestation et 3 premiers mois de lactation.

A partir du 8ème mois de gestation, les besoins nutritionnels augmentent, pour couvrir le développement du fœtus. A 8 mois de gestation, le fœtus ne pèse que 8 kg. Il commence réellement sa croissance pour atteindre 50 kg à la naissance. Il prend donc plus de 40 kg dans les 3 derniers mois. Mais la capacité d’ingestion de la jument diminue, en raison de la place occupée par le fœtus, d’où la nécessité de concentrer la ration. A cela s’ajoute le fait que les fourrages disponibles en cette saison hivernale sont à faible teneur nutritionnelle (foin) ou disponibles en faible quantité (herbe d’hiver). Au cours des 3 premiers mois après le poulinage, la lactation entraîne une forte augmentation des besoins nutritionnels de la jument, particulièrement au cours du 2ème et 3ème mois, stade où la production de lait atteint son maximum. Si le lait n’est pas de bonne qualité, la vitesse et la bonne croissance du poulain seront affectées